Privacy Policy

Brochure d'acceuil

P. 1      >>

Faisons connaissance

Le non-initié campe le portrait de la colombophilie à l'image du brave homme qu'il voit traverser la rue panier de pigeons à la main, ou porteur d'un constateur, horloge aux formes bizarres, qu'il va déposer dans un club local. Cette image ne peut bien sûr lui apprendre combien la colombophilie peut être attachante, combien ce hobby arrive à passionner chaque jour de l'année celui qui le pratique.

Pour pouvoir apprécier, voire aimer, il faut connaître et s' intéresser.

Il est apparu à maintes reprises que la colombophilie éveille spontanément la curiosité de l'écolier appelé à présenter devant sa classe une élocution traitant du pigeon voyageur. S'il a bien préparé le sujet et s'il peut de surcroît illustrer son propos en présentant un couple de pigeons et un constateur, la classe entière sera suspendue à ses lèvres, le professeur y compris.

Le colombophile qui va poser son panier de pigeonneaux à entraîner à proximité d'un parc ou tout autre lieu de récréation, se trouve rapidement encerclé par une foule de curieux, garçons et fillettes, hommes et femmes de tous âges. Leurs multiples questions témoignent de l'administration qu'ils éprouvent pour ces frêles oiseaux capables de regagner leurs pénates sans autres armes que leurs ailes et leur étonnant sens de l'orientation.

La colombophilie attire tous les passionnés des animaux. Votre intérêt pour cette brochure en témoigne. Vous venez de poser un premier pas. Gageons que vous ne vous arrêtez pas en si bon chemin.

Il est difficile d'expliquer dans cette brochure toutes les finesses de la pratique colombophile. Nous nous efforcerons néanmoins de vous initier le plus clairement possible. Vos questions, probablement très nombreuses, ne nous étonneront pas. Sachant que vous ne pourriez aimer ce dont vous ignorez tout ou presque, nous ferons en sorte de donner réponse à tout.

Comment entrer dans notre grande famille qui groupe toujours quelques 48.000 affiliés en Belgique, vous sera expliqué à la fin de cette brochure.

Pour l'heure, il importe de faire plus ample connaissance, de vous guider de manière pratique, de faire en sorte que vous deveniez un colombophile en puissance. Mais, n'est-ce pas déjà fait? ...

 


Pour mémoire

La colombe ramenant un rameau d'olivier à l'Arche de Noë a peu ou pas de parenté avec notre pigeon voyageur de l'an 2000. Encore que le célèbre naturaliste britannique Charles Darwin écrit dans son célèbre ouvrage "De l'origine des espèces par voie de sélection naturelle" que toutes les races de pigeons descendent du biset (Columba livia). Par corollaire également celles qui ont fourni dans l'Antiquité des pigeons messagers aux Perses, aux Asiatiques, aux Egyptiens et aux Phéniciens.

Jules César qui nous qualifia de "plus braves de tous les peuples de la Gaule" se servit de pigeons pour transmettre ses messages à Rome. Ils laissaient loin derrière eux, en vitesse, les meilleurs cavaliers.

Les premiers essais de culture de l'actuel voyageur, au départ des souches de l'époque, remontent aux années 1820 et 1840. Le baron Ulens, pionnier anversois, et son valet André Bernaerts furent à la base de la création de notre actuel voyageur réputé de par le monde.

Indépendant de ce que firent les Anversois, des expériences furent également menées dans les régions de Liège et de Verviers, toujours dans l'intention de former un pigeon capable de voler plus vite et plus longtemps.

Le Lierrois Karel Wegge et le Verviétois Alexandre Hansenne devaient s'imposer plus tard comme figures de proue dont on mesure encore de nos jours au sein des grands élevages l'influence prépondérante sur l'évolution de la colombiculture comme de la colombophilie sportive.

Le pigeon voyageur belge est une création dont peuvent se féliciter tous nos compatriotes. Il a contribué à faire connaître notre pays aux confins les plus éloignés des cinq continents.

Toute personne adhérant à notre grande famille peut en informer ses parents et amis avec une légitime fierté, ne serait-ce que pour leur faire comprendre qu'il n'a pas choisi le premier hobby venu.

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter